Chanson douce de Leïla Slimani

Auteur : Leïla Slimani
Éditions : Gallimard
Collection : Blanche
Date de sortie : 18 août 2016
Nombre de pages : 240
Prix : 18 euros

Synopsis : Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d'un cabinet d'avocats, le couple se met à la recherche d'une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l'affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu'au drame. A travers la description précise du jeune couple et celle du personnage fascinant et mystérieux de la nounou, c'est notre époque qui se révèle, avec sa conception de l'amour et de l'éducation, des rapports de domination et d'argent, des préjugés de classe ou de culture. Le style sec et tranchant de Leïla Slimani, où percent des éclats de poésie ténébreuse, instaure dès les premières pages un suspense envoûtant.


Critique de Wendy :

Je suis assez mitigée sur ce livre. J'avais aimé le début, je le trouvais dynamique et j'avais envie d'avancer de plus en plus dans l'histoire pour savoir le pourquoi.

En effet, dès le premier chapitre nous savons que Louise a tué Adam, et la petite est en train de mourir de ses blessures. Je m'attendais à ne pas aimer le personnages de Louise. Cependant au fur et à mesure de ma lecture j'ai appris à connaître le passé de Louise qui n'est pas glorieux et aussi j'ai vu sa chute progressivement.

Les parents sont un peu antipathiques, ils se laissent envahir par la nounou et quand ils en ont marre ou qu'ils sont jaloux de l'amour des enfants pour Louise, ils la laissent tomber. J'ai aucune pitié pour ces parents car ils voyaient bien que Louise n'allait pas bien et ils n'ont absolument rien fait. 

Le deuxième point que j'ai apprécié dans le roman c'est que l'auteure ne met pas de jugement dans son écriture, elle dit seulement les faits et c'est au lecteur de faire sa propre opinion. Ce n'est en aucun cas un roman manichéen, tout le monde est mauvais et seulement les actions sont jugées comme dans la justice. 

Cependant j'ai eu un problème avec l'écriture de l'auteure que je trouve trop banale et sans aucun style. Elle est lourde et rend le récit assez long et ennuyant. Je sais que certain passages étaient importants pour bien comprendre la chute de Louise; mais si l'écriture était plus dynamique je n'aurais pas eu un gros soucis pour les trente dernières pages.
 
Sa note:

Commentaires

Articles les plus consultés ces 7 derniers jours