Interview d'Iman Eyitayo




Présentation auteur :
 
Née en 1988, Iman raconte des histoires depuis son plus jeune âge. Inspirée de jeux vidéo et passionnée de dessins, elle commence très jeune à réaliser des bandes-dessinées qu’elle partageait en secret avec sa petite sœur.  Elle ne se met à l’écriture que beaucoup plus tard, en Décembre 2011, lorsqu’elle tombe sur de vieux dessins de son enfance. Elle décide alors de peaufiner sa toute première œuvre « Coeur de flammes ». Après en avoir rédigé le 1er tome, sa sœur ainsi que quelques proches l’encouragent à le faire lire, le corriger, puis à le publier.  En dehors de l’écriture, Iman est une hyperactive touche-à-tout et autodidacte qui aime voyager, découvrir des langues étrangères (pour l’anecdote, elle a appris le chinois sur internet et le parle couramment depuis), écouter de la musique, regarder des séries (américaines et taïwanaises), dessiner de temps en temps et jouer aux jeux vidéo.  Elle travaille à temps plein en tant que chef de projet dans une entreprise d’informatique et essaie de se consacrer à sa passion le week-end.



1- Depuis quand écrivez vous ?
J'écris depuis mes dix/onze ans je crois, même si à l'époque je préférais largement dessiner. D'ailleurs, l'anecdote est que Cœur de Flammes est né à cette époque, avec des noms de personnages et une histoire un peu différente, mais Aluna et Elena sont bel et bien nées à ce moment-là. Et il aura fallu que je retombe sur ces dessins des années plus tard pour ressentir le besoin viscéral de terminer cette histoire.

2- A quel public s'adresse votre/vos livre(s) ?     

Mes ouvrages vont du jeunesse à l'adulte, en passant par l'adolescent/jeunes adultes, alors je dirais à tout le monde.


3- Quelles sont vos sources d'inspiration ?  
De tout ! Je m'inspire foncièrement de tout : des senteurs, une musique, la nourriture, les voyages, les gens qui m'entourent, etc.
 
4- Sur quel(s) support(s) écrivez vous ? Papier ou numérique ?   
J'écris toujours sur ordinateur. C'est le moyen le plus confortable pour moi.  Parfois, j'utilise le téléphone ou la tablette, quand je suis très inspirée et que je ne suis pas chez moi.  Quant à au cahier ou carnet de note, je ne m'en sers que pour noter des idées, réfléchir, structurer mes histoires.


5- Où et quand préférez vous écrire ?    
Je préfère de loin écrire quand je suis chez moi, seule, à une table ou dans mon lit (mais toujours avec une boisson chaude!). Ce sont les moments les plus prolifiques pour moi.  Depuis quelques temps, j'essaie toutefois d'autres expériences comme les espaces coworking, starbucks, etc. Je m'y habitue doucement, et ça permet d'ouvrir d'autres horizons et varier les plaisirs, mais la maison reste mon endroit préféré.


6- Combien de livre(s) avez vous publié pour l'instant ? 
En comptant le tome 3 de Coeur de flammes qui paraitra le 20/03/2017, j'ai publié en tout 7 livres, dont 2 séries (l'antichambre des souvenirs et coeur de flammes), un livre jeunesse (abiola et la plante magique) et une nouvelle (coeur de flammes, tome 0.5)

7- Dans quelle(s) maison d'édition ?
Editions Plumes Solidaires :)


8- Quel est votre rêve ?    
Vivre de ma plume, de telle façon que je puisse écrire tous les jours !
 

9- En combien de temps écrivez vous un livre ?    
Question difficile ! La longueur, le genre et le public visé différant d'un livre à l'autre, c'est très difficile de trouver une moyenne acceptable.  Je dirais, selon le volume et pour un roman ado, jeunes adultes ou adultes, qu'il me faut environ 6 à 12 mois d'écriture pour un roman et la même durée en correction. Donc, entre 1 et 2 an pour terminer un livre :-)  Toutefois, je bosse en général sur plusieurs livres en même temps, ce qui me permet de publier, dans tous les cas ou presque, au moins un roman chaque année.


10- Trouvez-vous qu'écrire soit difficile ?
Je ne qualifierais pas l'écriture de difficile, car c'est ma passion, mais ce n'est pas facile pour autant. Personnellement, je trouve ça génial et j'apprécie chaque étape de la construction à l'écriture d'un roman (même si à mes débuts, j'avais parfois du mal sur certains aspects, mais heureusement j'ai beaucoup évolué depuis). Le seul point noir, ce sont les corrections. C'est souvent aussi long que l'écriture mais pas sympa du tout, LOL.  Ceci dit, j'ai toujours hâte de voir le résultat final alors je ne compte pas mes efforts !


11- N'avez vous pas peur des réactions lors de la lecture de vos livres ?  
Oh si ! Je ne sais même pas s'il est possible de ne pas avoir peur. Je stresse à chaque fois ! Mais c'est du bon stress, ça veut dire que les retours m'importent et je préfère que ce soit ainsi que le contraire.  Et puis, parfois, ça débouche sur des discussions passionnées avec les lecteurs (ce qui est génial!), et même de très rares fois, sur de belles amitiés. Quelques fois, les retours sont différents de ce qu'on attendait mais ça fait partie des risques du métier et je trouve même cela enrichissant la plupart du temps, ne serait-ce que pour améliorer ses prochains textes.  Donc, stress ou non, retour positif ou non, dans l'ensemble je trouve ça plutôt positif.


12- Quelles sont les réactions de vos lecteurs qui vous ont le plus touchée et celles qui vous ont le plus énervée ?  
Des retours qui m'ont touchée, j'ai la chance d'en avoir reçu plusieurs et j'en suis plus que ravie.  Je souviens de deux retours en particuliers :  - Une petite fille de onze ans qui m'a envoyé un mail après avoir lu Coeur de flammes, tome 1. Elle avait une jumelle et me donnait des conseils pour la suite, voire des recommandations pour la fin. Elle s'était tellement appropriée l'histoire ! Puis, elle m'a annoncé qu'elle s'était abonné à toutes mes chaines et qu'elle attendait la suite avec toute l'impatience du monde, et que c'était son second meilleur livre jamais lu.   J'en ai pleuré.  - Une jeune femme m'a contacté une fois après avoir lu l'antichambre des souvenirs pour me raconter comment, après avoir fini l'ouvrage et pleuré toutes les larmes de son corps, elle avait contacté son père et s'était réconcilié avec lui après des années de brouille.  J'en ai pleuré également.  Il est difficile de décrire comment ces retours m'ont affectée (dans le bon sens), je peux juste vous confier que, si j'écris, c'est aussi pour des retours comme ceux-là, qui nous donne l'impression d'avoir touché quelqu'un. Ça n'a pas de prix. D'ailleurs, rien que d'y penser, mes yeux se mouillent de nouveau.  Des retours qui m'auraient énervée ?  C'est beaucoup plus difficile car aucun retour ne m'a jamais énervée. Toutefois j'ai eu un retour qui m'a attristée, voire déprimée, à mes tous débuts. Je n'avais pas encore publié mon premier, j'étais à la recherche de retours pour justement l'améliorer avant. Juste que personne, en dehors de mon entourage, ne voulait me lire (LOL). Alors j'ai contacté un site que j'avais trouvé par hasard sur le net, en leur demandant un retour critique pour améliorer mon texte. Ils ont exigé un exemplaire papier, ce que je n'avais pas. Alors je suis passée par le site lulu.com pour créer un exemplaire à la commande, ce qui impliquait que mon livre était automatiquement en vente sur leur site. Ça ne m'a pas arrêtée, même si j'en ai un peu stressée - le livre n'était pas "corrigé", après tout.  Je n'ai eu aucun retour pendant des mois.  Puis, j'ai relancé la personne avec qui j'étais en contact et il m'a juste annoncé que la chronique avait été publiée dans un magasine, près de six mois auparavant. Il n'avait juste pas jugé bon de me prévenir. J'ai paniqué et j'y suis allée. Autant vous dire que le retour était des plus sauvages. Aucun point positif n'avait été relevé, aucun. J'en ai pleuré pendant des jours. Peut-être était-ce de la naïveté, mais je m'étais attendue à un retour personnel et non une publication dans un magasine, qui avait je ne sais plus combien de lecteurs. J'étais persuadée qu'une fois mon nom associé à une telle critique dévastatrice, je ne pourrais plus rien publier. J'étais taguée.  Mais j'ai fini par m'en remettre. Le premier retour négatif, ce n'est jamais facile, mais au final ça fait partie de l'apprentissage. Aussi, j'ai continué à glaner des retours critiques et/ou négatifs, en assumant le fait que tout le monde pensait que j'avais publié mon texte tel quel. En gardant tout de même le texte publié avec la casquette auto-édition, même si j'en stressais tous les jours, j'ai réécrit tout mon roman, de A à Z. Pour cette phase, j'ai eu la chance de rencontrer quelqu'un qui m'a beaucoup aidée à re-analyser mon histoire, sa structure, etc. Grâce à cette personne, j'ai pu le re-écrire dans le bon sens. Et il a ensuite été re-publié en 2014, deux ans après ce retour écrasant.  En conclusion, oui, c'était un retour dur à encaisser, mais c'est surtout la façon dont cela a été fait qui m'a heurtée, les mots utilisés aussi qui impliquaient que je n'avais pas la graine d'un écrivain et qui me critiquaient, moi, plutôt que mon texte.  Mais, au final, j'ai pu me relever, essayer d'extraire uniquement le critique et le pertinent de ce retour (car il y'en avait aussi des points pertinents!), et au final, il m'aura été utile :-) Alors, je ne regrette rien. D'ailleurs, avec le recul, je pense que je peux les en remercier, car ils m'ont fait progresser d'une façon inimaginable ! Je suis donc très fière du chemin parcouru pour en arriver là, très.
 
13 - Un petit mot pour vos lecteurs ? :D 
Merci à tous ceux qui donne leur chance à mes ouvrages !  J'espère que mes textes continueront de vous plaire et, si ce n'est pas le cas, n'hésitez pas non plus à le dire ! Ca aide toujours :-)  Gros bisous à vous, et à bientôt pour le lancement de Coeur de Flammes, tome 3 ? ;-)  Si vous voulez connaitre mes plannings de salons pour les prochains mois, n'hésitez pas à consulter ce lien sur mon site, où vous aurez toutes les dates et lieux (http://www.imaneyitayo.com/fr/planning-auteur/).




Retrouvez aussi Iman sur son site ! :)

Commentaires

Articles les plus consultés ces 7 derniers jours