Interview de Lucas Leverger



Présentation auteur :

 

Je publie sous le pseudo de Lucas Leverger. J’ai 46 ans et j’habite à Pontarlier en Franche-Comté. Je suis un grand fan de ma ville et de ma région. Mon parcours professionnel m’a conduit à changer plusieurs fois de profession. J’ai un diplôme d’État d’éducateur et un diplôme fédéral suisse d’informatique. J’ai travaillé dans le milieu social pendant des années auprès d’enfants et d’adultes handicapés physique et déficients mentaux. Par la suite, je me suis orienté dans l’informatique. Ma femme et moi comptabilisons 23 années de non-mariage. Et avec ma fille de 13 ans, je découvre tous les jours les joies d’avoir une ado à la maison. J’écris depuis août 2015. À cette date, j’ai enfin réalisé que les années perdues ne se rattrapent pas et qu’il était temps de réaliser l’un de mes rêves. La nuit et les insomnies sont propices à l’exercice de l’écriture, même si la plupart du temps j’écris au milieu du bruit et des miens, c’est extrêmement stimulant pour moi. Mes premiers romans sont une série policière qui compte 4 volumes pour l’instant et dans laquelle je ne respecte aucun des codes du polar parce que je voulais écrire comme j’en avais envie. Par la suite, j’ai écrit un roman plus personnel « Des jours sans toi » et un thriller « Omnia Vanitas » qui commence à rencontrer son public. J’ai choisi l’auto-édition et Amazon parce que cette solution m’offre la possibilité de tout gérer moi-même, textes, créations des couvertures, relecture, marketing, publication. Pour finir, je remercie tous les lecteurs, toutes ces personnes qui ont investi dans l’un de mes romans.
 



1- Depuis quand écrivez vous ?

Juillet 2015. Je me suis enfin décidé à mettre par écrit ce qui me trottait dans la tête depuis des années. Je m’étais toujours fixé l’objectif de passer de l’autre côté du miroir. Le temps file très vite et c’était le bon moment pour le faire. De ce premier roman Regarde au fond du lac, je me suis surtout attaché aux personnages et j’ai peut-être raté l’intrigue. Je n’ai pas non plus agi en professionnel dans la qualité de l’ « aurtografe » et la « gramère ». Aujourd’hui, je regrette un peu cette erreur. J’ai commencé en croyant tout faire tout seul, ce qui est une illusion. À présent, je fais appel aux services d’un correcteur et j’écoute les conseils en écriture d’une personne pour qui j’ai énormément de respect.
 
2- A quel public s'adresse votre/vos livre(s) ?     

Tous les lecteurs. Même si mon genre littéraire est surtout axé policier et thriller.


3- Quelles sont vos sources d'inspiration ?  
C’est assez variable. En général ce sont les images qui vont me servir pour créer la couverture qui m’inspire l’histoire. Je parcours souvent les banques de photos libres de droits sur le web. Les noms et la personnalité de mes personnages sont essentiellement issus du cinéma. Je fais des mixtes de plusieurs films.

 
4- Sur quel(s) support(s) écrivez vous ? Papier ou numérique ?   

J’écris exclusivement sur traitement de texte Word.


5- Où et quand préférez vous écrire ?    

Là où il y a du bruit et des personnes autour de moi. Généralement dans mon salon entouré des miens.

 
6- Combien de livre(s) avez vous publié pour l'instant ? 

6 romans. Une série policière intitulé «Les enquêtes de Martin et Chavelier » comportant 4 titres pour l'instant et mainteant 1 thriller et 1 roman contemporain


 
7- Dans quelle(s) maison d'édition ?

Aucune. Je n’ai envoyé aucun manuscrit aux maisons d’édition. Je pense le faire pour mon prochain roman. Plus par curiosité que par projet. Même si réussir à décrocher un contrat peut vous ouvrir les portes d'un marché fermé, quand je regarde les expériences des autres, je reste hésitant.

 
8- Quel est votre rêve ?    

Créer ma société et trouver mon public. Rester indépendant.


9- En combien de temps écrivez vous un livre ?    

C’est variable. Environ un mois pour un roman de 280 pages (hors correction). Pour exemple, j’ai écrit DES JOURS SANS TOI en 15 jours et autant pour les corrections. En général, c’est dix pages par jours. Après, il y a des jours de production intensive et des jours où je ne produis pas une ligne et parfois, je juge mon travail si mauvais qu’il est préférable de tout jeter. Ça m’est arrivé plusieurs fois.
 

10- Trouvez-vous qu'écrire soit difficile ?




Non, ce qui est difficile c’est de garder la régularité. Il faut écrire un peu tous les jours. Rester une semaine sans taper une ligne et vouloir écrire 20 pages d’un coup est inutile. Il faut garder à l’esprit d’écrire pour les autres et ne pas avoir de but précis. Vouloir écrire pour l’argent ou la reconnaissance vous conduit fatalement à l’échec.

 


11- N'avez vous pas peur des réactions lors de la lecture de vos livres ?  
Lorsque je publie un roman, c’est la panique totale ! J’ai toujours tendance à me comparer aux autres auteurs et forcément, je les perçois comme bien meilleurs que moi. Pour éviter l’angoisse, je me concentre sur le prochain.

 
12- Quelles sont les réactions de vos lecteurs qui vous ont le plus touchée et celles qui vous ont le plus énervée ? 
Les réactions des lecteurs sont d’une importance capitale. Elles sont pour moi des indicateurs de la qualité de mon travail. Mais, j’ai appris que l’on ne pouvait pas plaire à tout le monde et qu’il fallait l’accepter. C’est ainsi et espérer n’avoir que des réactions positives est une illusion. La critique positive ou négative est toujours constructive. Je soulignerais toutefois que ma première demande de dédicace reste un moment fort.



13 - Un petit mot pour vos lecteurs ? :D 
En dehors de leur adresser mille mercis, j’espère surtout ne jamais les décevoir. Merci de m’avoir permis de m’exprimer dans cet interview.  



Retrouvez aussi Lucas sur son site ! :)

Commentaires

Articles les plus consultés ces 7 derniers jours